Conseils pour la traduction d'un site web

Votre entreprise se développe sur des marchés étrangers et vous avez décidé de traduire votre site pour les pays concernés. Vous avez créé votre site et vous savez tout de lui : le contenu de chaque page, chaque onglet de navigation, les scripts employés, le codage utilisé, les applets, les CSS (feuilles de styles)… En revanche, vous ne connaissez pas le processus de traduction d’un site web. Vous faites donc quelques recherches sur la traduction et les langues concernées, et vous avez besoin de trouver de la documentation. Il vous faut un plan : identifier les challenges possibles et implémenter les processus au meilleur rapport qualité-prix. Voici quelques astuces qui peuvent vous aider pour la traduction de votre site internet.

Définissez vos besoins en traduction

Evaluez attentivement ce dont votre activité a besoin et établissez des indicateurs de performance pour mesurer votre succès. La plupart des gestionnaires demandent un retour sur investissement (ROI) sur toutes les activités marketing. Il vous sera bénéfique d’être capable de montrer des chiffres-clés, par exemple « les ventes en ligne en Allemagne ont augmenté de 20%« , ou « les appels au support ont chuté de 10% après que nous ayons lancé le site web en Allemagne« .

Identifiez chaque section à traduire de votre site

Identifiez quelles parties de votre site ont besoin d’être traduites et définissez un cahier des charges pour votre traducteur. Certaines de vos pages sont de simples fichiers HTML qui peuvent facilement être ouverts et traduits. En revanche, pour tout ce qui est non-HTML, le texte doit la plupart du temps être extrait. Cette catégorie inclut toutes les images qui contiennent du texte, les fichiers FLASH et les fichiers PDF.

Donnez à votre traducteur tous les fichiers à travailler

Essayez de fournir à votre traducteur tous les fichiers sources le plus tôt possible, ce qui vous permettra de connaître une estimation des coûts de traduction. Ne copiez-collez pas chaque page de votre site dans un document Word. Ce n’est pas nécessaire et c’est de la perte de temps. A moins que votre traducteur puisse télécharger tous les fichiers de votre site web, le meilleur moyen est de remettre directement tous les fichiers concernés au traducteur.

Le comptage des mots et le devis peuvent être imprécis si le traducteur n’a pas tous les fichiers à travailler en main. Et si vous avez un site dynamique, le comptage de mots pourrait être très long à cause des répétitions multiples.

Les outils du traducteur

Assurez-vous que votre traducteur emploie des outils de traduction appropriés (TM : Translation Memory). Un TM est un outil qui garde tout ce qui a été traduit dans une base de donnée et qui peut donc être repris pour de futures mises à jour. Un TM vous aide à beaucoup de choses, mais surtout, les tags et les codes de scripts sont reconnus par cet outil et protégés durant toute l’opération de traduction du contenu.

Fournissez également à votre traducteur tous les éléments de référence disponibles comme vos directives de traduction, les traductions précédentes, et les lexiques. Les directives permettent de mettre en exergue ce qui doit être laissé en Français, la ponctuation, l’adaptation du format de l’heure et de la date, les adresses, les symboles, les unités de mesure. Un lexique ou glossaire résume toutes les terminologies dans toutes les langues que vous souhaitez exploiter comme les abréviations, le nom des produits ou les termes spécifiques à votre activité. Si votre traducteur utilise un TM, le lexique client pourra y être importé.

La traduction du texte des images

Donnez à votre traducteur tous les éléments graphiques comme les boutons de navigation, les objets FLASH, les images contenant du texte et les fichiers PDF. Ils auront aussi besoin d’être traduits. Il est de votre intérêt de fournir toutes les sources d’images Photoshop et Illustrator qui ont été nécessaires pour créer les GIF et JPG de votre site.

De plus, certaines langues traduites vont comporter des mots plus ou moins longs que les mots français. Vous devez donc toujours garder cet aspect en tête lorsque vous créez les images graphiques initiales, permettant ainsi de remplacer le texte par de mots plus longs. Le spécialiste en PAO (publication assistée par ordinateur) de votre société gardera l’image de fond et reconstruira les calques contenant le texte pour les fusionner et créer une nouvelle image qui contiendra le texte traduit.

Faites des tests

Effectuez des tests après la première traduction de votre site afin de vous assurer que celui-ci ne comporte pas d’erreurs et fonctionne correctement. Vérifiez les visuels en premier lieu. Ensuite, faites quelques tests de fonctionnalité afin de vérifier si aucune fonction n’a été altérée durant le processus de traduction. Assurez-vous également que toutes les pages ont été traduites et téléchargées sur votre serveur d’hébergement, que tous les liens fonctionnent, et que tous les textes traduits soient vus correctement (il faut que votre développeur change l’encodage des caractères en fonction de la langue ciblée).

En outre, vous devez tester si votre site fonctionne correctement sur diverses plateformes (Windows, Mac OS…) et les divers navigateurs (Internet Explorer, Mozilla…). Vérifiez que le traducteur comprend comment fonctionnent les navigateurs avec les caractères spéciaux. Si votre développeur doit faire des révisions sur le texte traduit en mode HTML, faites attention de ne pas entrer des caractères avec des accents directement dans le code. Certains navigateurs pourraient mal les interpréter.

Les traducteurs différencient les fichiers localisés

Certains traducteurs essaieront de différencier les fichiers localisés des fichiers initiaux en incluant une extension pour chaque langue (le fichier pour la page d’accueil anglaise index.html pourrait être nommé index_en.html). Si cela devait arriver, chaque lien de chaque fichier devra être renommé pour pointer sur la bonne page. C’est une perte de temps considérable et augmenterait la probabilité d’erreurs. Au lieu de ça, il est mieux de stocker chaque version de langue du site dans un dossier propre.

Connaître la culture du pays

A peu près toutes langues requièrent leurs propres unités de mesures, format de date, ponctuation, chiffres et codes couleurs. Chaque personne impliquée dans le processus de traduction doit être sensible à la culture des pays ciblés afin d’éviter un éventuel contenu offensant (comme pour la très célèbre expérience de Coca Cola en Chine).

L’agencement de votre site

Faites très attention à l’agencement de votre site lorsque vous traduisez votre site pour des langues comme l’Arabe ou l’Hébreu. Parce que ce sont des langues qui se lisent de droite à gauche, il sera nécessaire de reconstruire l’agencement de votre site (surtout si votre barre de navigation est sur le côté gauche).

L’optimisation pour les moteurs de recherche

Si vous voulez optimiser votre site multilingue, vous devez être conscient que tous les moteurs de recherche majeurs ne fonctionnent pas correctement avec les pages traduites d’un site web et il se peut que vos pages ne soient pas toutes indexées. Aussi, la terminologie employée par votre traducteur (cependant correcte et appropriée) pourrait être très différente et éloignée de ce que vos clients potentiels utiliseraient pour vous trouver. Vous devez donc mener une étude pour connaître comment les internautes du pays ciblé cherchent en ligne pour que votre site se classe bien dans les résultats de recherche. Vous devrez également faire des recherches sur votre concurrence sur les moteurs de recherche locaux (google.uk ou google.de par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *