De nouvelles recherches suggèrent que les antibiotiques pourraient augmenter le risque de polyarthrite rhumatoïde en modifiant le microbiote intestinal.

Étude du lien entre polyarthrite rhumatoïde et antibiotiques

On estime qu’environ 0,5 % de la population adulte française souffre de polyarthrite rhumatoïde (PR), une maladie auto-immune causant une inflammation des articulations. Les chercheurs ne comprennent pas encore totalement ce qui motive la PR, bien qu’ils soupçonnent une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux.

Certains des déclencheurs potentiels de la polyarthrite rhumatoïde comprennent les modifications hormonales et l’exposition à certains types de poussières ou de fibres, ainsi que certaines infections virales ou bactériennes.

De nouvelles recherches suggèrent l’utilisation d’antibiotiques et les changements qu’une telle utilisation pourrait entraîner dans le microbiote intestinal d’une personne en tant que causes potentielles de la PR.

Les chercheurs ont commencé par observer que, selon les études antérieures, l’utilisation d’antibiotiques, en particulier chez les enfants, augmentait considérablement le risque de contracter des infections et des affections inflammatoires de l’intestin.

Des études plus récentes suggèrent que les antibiotiques peuvent également augmenter le risque de maladies auto-immunes telles que le diabète de type 1, les maladies auto-immunes du foie et l’arthrite idiopathique juvénile.

En outre, d’autres études chez la souris ont montré que les rongeurs exempts de germes ne développaient pas d’arthrite inflammatoire, tandis que des études chez l’homme ont révélé des différences dans la composition du microbiote intestinal entre personnes atteintes et non atteintes.

Tout ce qui précède suggère que le microbiote joue un rôle important dans le développement de cette maladie inflammatoire. Ainsi, les chercheurs ont entrepris d’étudier le lien qui existe entre les prescriptions d’antibiotiques et l’apparition de la polyarthrite rhumatoïde à l’aide d’un vaste ensemble de donnée britanniques.

Les antibiotiques augmenteraient le risque de polyarthrite rhumatoïde de 60 %

En analysant les informations de la base de données sur les pratiques cliniques des soins primaires, les chercheurs ont découvert 22 677 cas de PR. Ils les ont comparés à plus de 90 000 contrôles sains et les ont suivis pendant 10 ans en moyenne avant de recevoir un diagnostic de PR.

L’analyse a révélé qu’en moyenne, les probabilités de développer une PR étaient 60 % plus élevées chez les personnes ayant reçu des antibiotiques. Plus précisément, les probabilités de développer une PR étaient 40 % supérieures à celles des patients qui avaient reçu une ordonnance d’antibiotiques, tandis que celles avec deux traitements étaient 66 % plus élevées.

Ceux qui avaient pris des antibiotiques plus récemment, c’est-à-dire au cours des 1 à 2 dernières années, avaient une probabilité de développer une PR supérieure à 80 %. Cependant, même les ordonnances plus anciennes, entre 5 et 10 ans, étaient associées à des probabilités 48 % plus élevées.

Par ailleurs, le type d’infection pour lesquels les personnes avaient pris des antibiotiques a également influencé la probabilité de développer une PR. Les antibiotiques pour les infections des voies respiratoires supérieures avaient une association plus forte avec les cas de PR. Cependant, les chercheurs n’ont pas identifié ce lien dans les cas non traités, ce qui suggère que ce sont les antibiotiques qui auraient augmenté les risques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de saisir votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.